Visiter la Bolivie

Copacabana Bolivia

A propos de la Bolivie

La Bolivie, une mosaïque de cultures et de paysages

La Bolivie se situe au centre du continent américain, entre le Brésil, le Pérou, le Paraguay, l’Argentine et le Chili. Avec ses 10.5 millions d’habitants, elle est l’un des pays les moins peuplés d’Amérique Latine. En effet, si une grande ville comme Santa Cruz abrite 1.6 millions d’habitants, certaines régions très désertiques ont une densité démographique de moins d’un habitant par kilomètre carré !

La Bolivie est une véritable mosaïque qui mêla tout au long de son histoire des peuples amérindiens, européens, asiatiques et africains. Si elle appartenait à l’Empire Inca avant la colonisation européenne du XVIe siècle, la population se divisait déjà en une dizaine de communautés indiennes comme les Aymaras, les Uru-Chipayas ou les Quechuas, pour ne citer qu’eux. Les afro-boliviens arrivèrent en Bolivie suite à la Traite des noirs, pour travailler dans les mines comme celle de Potosí, tandis que les japonais s’y rendirent pour trouver du travail au début du XXe siècle.

Afin de préserver cette richesse culture, la nouvelle constitution bolivienne a par ailleurs reconnue 37 langues officielles dont celles des communautés indiennes comme les Quechuas ou les Guaranis.
La Bolivie est encore un pays très pauvre avec près de 60% de ses habitants vivant sous le seuil de pauvreté, mais elle profite d’une bonne croissance grâce à ses nombreuses ressources naturelles telles que l’argent, le pétrole ou le gaz naturel. Sa possession de la plus grande réserve de lithium au monde laisse présager de nouvelles opportunités exceptionnelles.

La Bolivie se caractérise par sa grande diversité culturelle mais aussi climatique, ce qui permet d’admirer des paysages très variés. La Bolivie se divise en 4 grandes régions : l’Altiplano andin, composé des hauts plateaux désertiques, la cordillère orientale, les Yungas et les vallées du centre, et l’Amazonie.

L’Altiplano, appelé également la puna, abrite des plateaux à 3 700 m d’altitude moyenne, entre les 2 chaines de la Cordillère qui se séparent au nord de l’Argentine et du Chili. Cette vaste étendue aride possède cependant quelques villages, où les habitants vivent de l’élevage de lamas. Mais on trouve aussi des villes importantes comme La Paz, Oruro ou Potosí. Dans le Lipez, au sud du pays, les paysages sont grandioses et sans nul doute parmi les plus beaux du continent.

De chaque côté de la Puna, la cordillère orientale et la cordillère occidentale dressent leurs hauts sommets majestueux. La première, la plus impressionnante avec ses pics de la cordillère Royale, marque la frontière avec les Yungas et l’Amazonie. Derrière la seconde se trouve le Pérou et le Chili.

En descendant des montagnes vers l’Amazonie, les vallées centrales s’étalent du nord au sud, des Yungas aux paysages colorés de Cochabamba et à la région viticole de Tarija.

L’Amazonie, région bien moins connue, occupe cependant les 2/3 du pays. Santa Cruz de la Sierra est la capitale économique du pays, et la ville la plus importante de la région, où domine végétation luxuriante et faune tropicale.

amazon
Le saviez-vous :
L’Amazonie, région bien moins connue, occupe cependant les 2/3 du territoire bolivien. Elle offre l´un des spectacles naturels les plus impressionnants de la Bolivie.

N’hésitez pas à nous laisser vos commentaires.

Que faire en Bolivie : Les villes incontournables à voir en Bolivie

valle-lune-La_Paz

La Paz et la Cordillère Royale

La plus grande ville de Bolivie, La Paz, est située sur l’Altiplano, dans un canyon entre 3 300 m et 4 082 m d’altitude. Les maisons s’accrochent aux flancs des versants, à l’image du mirador Killi Killi qui offre une vue splendide à 320 degrés sur toute la ville. A ne pas manquer lors de votre visite : La Plaza Murillo, entourée par les bâtiments officiels de la ville, la cathédrale ou encore la rue Jaén à l’architecture typiquement coloniale.

Copacabana Bolivia

Copacabana

Le village de Copacabana se trouve au bord du lac Titicaca, dans la jolie baie homonyme. S’il était lieu de pèlerinage à l’époque des Incas, il attire aujourd’hui encore des pèlerins devenus également catholiques, dans un syncrétisme très prégnant en Bolivie. Une cérémonie de baptême de voitures y a ainsi lieu chaque année. Dans les alentours, de nombreux sites archéologiques valent le détour. C’est aussi un point de départ idéal pour se rendre sur les îles du lac Titicaca.

potosi

Potosí

La ville de Potosi, capitale de la province du même nom, se trouve au pied du cerro Rico, qui abritait la plus grande mine d’argent du monde. Plus de 5 000 galeries le traverse de part en part, reliant 200 mines dont certaines descendent à 450 m de profondeur. Du haut de ses 3 900 m d’altitude, Potosi est la ville de plus de 100 000 habitants la plus haute du monde. Elle abrite plusieurs musées et de beaux bâtiments à l’architecture coloniale dont la casa de la Moneda, plus importante construction coloniale d’Amérique du Sud.

Sucre

Capitale constitutionnelle de la Bolivie, Sucre fut le berceau des luttes révolutionnaires pour libérer l’Amérique Latine. Une de ses grandes particularités est d’avoir eu 4 noms depuis sa création en 1529, à l’emplacement d’un village indien: Charcas, Villa del Plata, Chuquisaca et Sucre. Inscrite au Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’Unesco, elle représente un bon témoignage de l’aristocratie coloniale espagnole. Ses vallées au climat tempéré se prêtent parfaitement à la viticulture.

santa cruz

Santa Cruz

Santa Cruz est la capitale économique du pays et la ville la plus peuplée de Bolivie. Elle se situe dans la région du même nom, présentant une riche végétation tropicale des plus fascinantes, que l’on peut découvrir au sein du Biocentro Güembe : 24 hectares de forêt luxuriante où vivent primates, coatis, caïmans et autres animaux caractéristiques de la région. La ville, qui abrite un intéressant musée sur l’histoire de la région, situé dans une très belle demeure, fut construite il y a 400 ans à partir de la Plaza 24 de septiembre. C’est autour de celle-ci que se trouve la majestueuse Basilique Menor de San Lorenzo.

Les lieux incontournables

Parc-national-Sajama

Parc national Sajama

Entre ses paysages sublimes, ses sites archéologiques et historiques et ses petits villages traditionnels, le Parc Sajama est un véritable paradis pour les passionnés de randonnée, d’andinisme et de photographie. Trois cônes aux sommets enneigés se dressent au milieu de l’altiplano, dont le Cerro Sajama qui domine majestueusement le parc. De jolies lagunes et les eaux thermales de Kasilla se détachent sur cette vaste étendue désertique. A quelques kilomètres du village de Sajama, des geysers offrent un impressionnant spectacle. Les églises coloniales aux abords du parc valent également le détour, comptant parmi les plus vieilles du pays.

Titicaca

Lac Titicaca

Le lac Titicaca, situé à 3 812 m d’altitude, est le plus grand d’Amérique du sud avec ses 8 300 m2, et aussi le plus haut du monde. Sur ses rives se trouve le village de Copacabana, dans un cadre lumineux et d’une beauté naturelle époustouflante. Les nombreuses îles du lac sont habitées par des populations indiennes au mode de vie très traditionnel, vivant de la pêche et de l’artisanat. Le lac Titicaca est en effet un lieu sacré dans la culture andine. Ses eaux auraient, selon la légende, donnaient naissance à la civilisation Inca et à Tunupa, le Dieu créateur du peuple aymara.

tarija

Tarija

Tarija se situe au sud de la Bolivie et jouit de trois écosystèmes bien distincts : l’un plutôt andin avec la cordillère de Sama, un second composé de vallées et enfin un dernier plus tropical dans le Chaco. Cette région viticole – où l’on fabrique entre autres le Singani, la liqueur locale – célèbre chaque année la Fiesta de la Vendimia, la fête des vendanges, l’évènement le plus important pour les nombreux viticulteurs. La jolie ville de Tarija a quant à elle des airs d’Andalousie et possède de beaux bâtiments datant de l’époque coloniale.

la route de la mort

La Route de la Mort

Cette piste de 65 km, extrêmement étroite et sinueuse, ne manquera pas de séduire les amateurs de sensations fortes. Entre son étroitesse (seulement 3 m de large par endroit), ses ravins et ses virages serrés, elle porte décidément bien son nom. La Route de la Mort menant de la Cumbre à Coroico est en effet réputée pour être la route la plus dangereuse du monde. Rassurez-vous, une seconde, plus praticable mais moins spectaculaire, permet toutefois de faire le même trajet.

Salar de Atacama

Salar d’Uyuni

Avec sa superficie de 12 000 km2 le Salar d’Uyuni, perché à 3 670 m d’altitude, est le plus vaste désert de sel du monde. Il abrite en outre dans ses alentours des petits villages traditionnels, des volcans, des lagunes et des geysers, qui contrastent avec cette immensité blanche. La quantité de sel estimée est de 60 milliard de tonnes !

Tiwanaku

Tiwanaku

Non loin du lac Titicaca, se trouve le site archéologique unique de Tiwanaku, qui fut la cité centrale de la civilisation précolombienne du même nom. Cet empire, qui connut son apogée entre le VIII et le XI siècle, s’étalait jusqu’au nord du Chili actuel, à l’ouest de la Bolivie et au Pérou. Le site, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2000, est composé de nombreux édifices cérémoniels tel que le temple d’Akapana ou la pyramide Puma Punku. Sa taille imposante montre bien la puissance que possédait ce peuple à l’époque. L’intéressant Musée régional de la culture Tiwanacote expose non loin de là une riche collection de 3 500 pièces de céramiques et autres objets de métal.

route-joyas

Route des joyaux

La ruta de las Joyas est un magnifique parcours menant de lagune en lagune, où vivent trois espèces de flamants roses, en particulier au bord de celles de Cañapa, Hedionda, Ch’arkota et Honda. La route longe la frontière chilienne, au pied de nombreux volcans, jusqu’à la laguna Colorada, traversant le désert de Siloli et ses originales formations rocheuses, dont le célèbre Arbol de piedra.

valle-lune-La_Paz

La vallée de la lune

A 10 km du centre de La Paz, se trouve une étonnante vallée qui vous fait passer en quelques minutes de la ville à lune. La Valle de la luna offre un paysage spectaculaire de formations géologiques se dressant vers le ciel. Deux circuits vous permettent de vous balader au milieu des cheminées des fées formées par l’érosion, entrecoupées de gouffres profonds.

amazonie

L’Amazonie

Les régions de Pando, Beni et Santa Cruz constituent l’Amazonie bolivienne. Peu de routes traversent la nature exubérante et tropicale, les voies de communication étant principalement fluviales, avec les affluents du grand Amazone. La zone possède des trésors archéologiques dont plusieurs constructions hydrauliques très respectueuses de la nature, et est habitée par plusieurs communautés ethniques. Les Pacaguaras ou les Chamas vivent ainsi à l’écart des villes, grâce aux ressources de la forêt. Nous recommandons le Parc Madidi ou le Parc Amboro pour découvrir la faune et la flore de la plus grande forêt du monde.

parc amboro

Parc Amboro

S’il est peu visité, le parc Amboro, situé non loin de Santa Cruz, abrite sur 400 000 hectares des paysages tropicaux incroyables. Jungle haute et dense, cascades, fleuves, rivières et de nombreuses piscines naturelles occupent sa partie nord où vivent quantité d’oiseaux différents. Au sud, le relief est plus élevé et montagneux. Une bonne entrée en matière depuis Santa Cruz pour la découverte des paysages d’Amazonie.

parc madidi

Parc national Madidi

Situé au nord-ouest de la Bolivie, au sein du département de la Paz, ce parc naturel abrite sur environ 1,7 millions d’hectares, ce qui est sans doute la plus grande diversité de faune et de flore du monde. D’où l’importance primordiale de sa préservation à l’échelle mondiale. On y rencontre plus de 6 000 espèces de plantes, 1 370 espèces de vertébrés, 300 de poissons et près de 1 000 d’oiseaux tropicaux. De quoi émerveiller photographes et amateurs de l’observation de la faune !

missions jesuites

Missions jésuites de Chiquitos

Dans la région de Santa Cruz, la Chiquitanía abrite la majeure partie des missions jésuites fondées par la Compagnie de Jésus en Bolivie au XVIIe siècle. Toutes inscrites au Patrimoine mondial de l’Unesco, certaines valent particulièrement le détour : San Ignacio de Velasco, pour visiter ses ateliers artisanaux, San Miguel de Velasco pour son église, Santa Ana de Velasco qui abrite des maisons indiennes typiques, et la « perle des missions jésuites », la cathédrale de la Inmaculada Concepción de Maria à Concepción.

Parc Torotoro

Le Parc national Torotoro

Du quechua thuru thuru signifiant boue, le parc Torotoro doit son nom à sa terre argileuse dans laquelle des dinosaures laissèrent de très nombreuses empreintes. S’il fut créé en 1989 pour protéger le Paraba Frente Roja, une espèce de perroquet en voie de disparition, il est un effet un site paléontologique majeur pour sa richesse géologique et fossile. Outre les traces de dinosaures qui recouvrent le sol, le parc abrite la Ciudad de Itas et ses peintures rupestres, l’impressionnant canyon de Torotoro et de beaux paysages de moyenne montagne.

parc noel

Parc national Noel Kempff Mercado

Ce parc de 1.5 millions d’hectares, situé au nord de Santa Cruz, se trouve à la jonction de différents écosystèmes qui font toute sa richesse. La région amazonienne y rencontre la forêt sèche tropicale, le Cerrado brésilien et la Chiquitanía. Des espèces menacée y vivent telles que le cerf, le jaguar ou encore la panthère noire. On rencontre aussi de nombreux primates et près de 700 espèces d’oiseaux.

samaipata

La cité Samaipata

Le site archéologique de Samaipata est situé à 1 800 m d’altitude, au pied d’une immense roche plate dans laquelle de belles sculptures ont été creusées par le peuple précolombien Mojocoyas. Samaipata fut ensuite une capitale provinciale inca, puis fut séparé en deux entre un centre cérémoniel et un pôle administratif et résidentiel. On peut ainsi observer des vestiges des premiers peuples mojocoyas et incas.

La carte des lieux à visiter

Les Infos Utiles

Infos générales

Capitale : Sucre bolivie drapeau
Population pays : 10,1 millions d’habitants
Langue : Espagnol et 36 autres dialectes
Monnaie : Boliviano (BOB)

Quand partir en Bolivie ?

Le climat de la Bolivie varie fortement en fonction de la région et de l’altitude. Deux saisons sont bien marquées en Bolivie : l’hiver et l’été. Comme la Bolivie se trouve dans l’hémisphère sud, les saisons sont inversées : de novembre à mars c’est l’été, (en général chaud et humide) et d’avril à octobre c’est l’hiver (frais et sec).

La meilleure période pour découvrir la Bolivie est entre mai et octobre pendant la saison sèche, mais selon les zones géographiques, vous pourrez vous rendre toute l’année en Bolivie. Toutefois, de novembre à mars, c’est la saison humide où la chaleur peut être étouffante dans les plaines et le bassin amazonien.

climat-bolivie

Formalités d’accès

passeport

Pour rentrer sur le territoire vous aurez besoin de votre passeport mais aucun visa n’est exigé. Un visa touristique de 30 jours vous sera délivré dès l’entrée sur le territoire.
Mais il est possible de le rallonger jusqu’à 90 jours. Cette demande doit être faite dès votre entrée sur le territoire afin d’éviter une amende de 20 bolivianos par jour de dépassement. Vous pouvez aussi régulariser votre situation dans un bureau de migration.

Les vaccinations et médicaments

médicaments

Aucun vaccin n’est demandé mis à part celui contre la fièvre jaune pour les ressortissants des pays concernés par cette maladie. Cependant ce vaccin est conseillé, en particulier en cas de séjour en Amazonie. La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est nécessaire tout comme des médicaments contre le paludisme et une protection contre les moustiques.

Il est également conseillé de se prémunir contre la Coqueluche, l’hépatite A et B, le Tétanos, la Polio et la Diphtérie ainsi que la Rage et la Typhoïde pour les plus aventuriers.

L’un des risques les plus importants est enfin alimentaire. Il convient de ne pas boire l’eau du robinet, d’éviter les fruits et les légumes crus et non lavés ainsi que la viande pas assez cuite qui peut être source de maladie. Avant de manger, ne pas oublier de bien de se laver les mains !

NB: Avis-voyages.fr donne des informations à titre indicatif mais ne constitue en aucun cas une source officielle. Par sécurité, nous vous conseillons donc de consulter votre médecin et les services administratifs adéquats.

Les risques

risques

La Bolivie n’est pas un pays réputé comme dangereux mais il convient de prendre certaines précautions car la délinquance tend à émerger. Il ne faut donc pas se promener en arborant des objets de valeur et ne surtout pas suivre les faux-policiers habillés en civil, ni même leur donner vos papiers.

De plus les services de secours de montagne n’existent pas en Bolivie et de nombreuses zones ne sont pas couvertes par les secours. Il faut donc éviter de partir seul et voyager avec une agence sérieuse.

Enfin attention aux araignées et aux serpents venimeux en Amazonie !

Voici notre sélection de liens pour vous aider à préparer votre voyage en Bolivie :
Ministère des Affaires étrangères

Agenda des évènements

carnaval oruro

JAN. Fête des compadres y comadres
L’avant dernier jeudi avant le carnaval se célèbre la Fiesta de los Compadres. A cette occasion, le compadre est choisi par son compère pour devenir son frère spirituel, son gardien, lors d’une cérémonie qui peut se dérouler tant au travail que chez les amis ou dans la rue. Cette coutume se célèbre dans tout le pays, lors d’un repas agrémenté de boissons et de danses durant lequel les compadres s’échangent des cadeaux. Le jeudi suivant, vient le tour des comadres. L’année suivante, comadres et compadres choisissent un nouveau partenaire, créant ainsi des liens sociaux très forts entre les habitants, surtout au sein des petites communautés.
FEV. Carnaval d’Oruro
Le carnaval d’Oruro est l’un des évènements culturels majeurs de Bolivie. Cette fête, vieille de plus de 2000 ans, faisait à l’origine partie du festival Ito en l’honneur du peuple Uru, avant de devenir une fête chrétienne suite à la colonisation. Désormais célébrée lors de la chandeleur, elle a toutefois conservée ses cérémonies traditionnelles andines. Elle se tient à Oruro, la capitale folklorique du pays et accueille 28 000 danseurs, près de 10 000 musiciens et 48 groupes folkloriques qui procèdent à un pèlerinage chaque samedi de carnaval. Ces incroyables festivités attirent chaque année plus de 400 000 spectateurs du monde entiers.
Le carnaval est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008.
MARS Fiesta de la uva à Concepción
La seconde quinzaine de mars, se tient la Fiesta de la uva, la fête du raisin. L’occasion pour les petits producteurs de la Vallée de Concepción, dans le département de Santa Cruz, de présenter leurs produits. Une reine est également élue durant les festivités.

Festival de musique renaissance et baroque américaine
Tous les deux ans se tient dans les missions jésuites de la région de Chiquitania, l’un des festivals de musique majeurs du pays. Hérité des missions jésuites, il rassemble de nombreux musiciens de toutes générations, venus jouer les plus grands classiques de la musique baroque dans les magnifiques temples jésuites, dont certains sont inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco.

MAI Choppe Piesta à Trinidad
La Choppe Piesta, signifiant Grande Fête, correspond au lieu ou les communautés indiennes chrétiennes rendaient hommage à la Sainte Trinité, au XVIIe siècle. Héritée d’un mélange entre les traditions de chaque ethnies et celles des colons, cette fête traditionnelle se célèbre chaque année entre fin mai et début juin. Au programme, le jocheo de taureaux, la danse amazonienne des macheteros vêtus de blancs et portant une couronne de plume, le mât de cocagne ou encore l’élection d’une reine.
JUIN Gran Poder à La Paz
La Fête de Jésus au Grand Pouvoir, remonterait à 1663 et à la fondation du couvent des Mères protectrices par les colons. Si les cérémonies initiales ont subis des changements depuis cette époque, elles ont conservé de nombreux aspects traditionnels et folkloriques. Les rites d’origines aymaras et chrétiens se mêlent ainsi pour célébrer le Dieu tout Puissant (Gran Poder) et offrir à la capitale un incroyable spectacle. Près de 30 000 danseurs et 4 000 musiciens défilent ainsi dans les rues, vêtues de costumes colorés différents chaque année.

Fête du solstice d’hiver le 21 juin
Le 21 juin correspond au premier jour de l’année dans le calendrier aymara, car il s’agit du solstice d’hiver et du début d’un nouveau cycle agricole. A cette occasion, la citée sacrée de Tiwanaku, célèbrent les divinités l’Inti (le soleil) et la Pachamama (la terre) par plusieurs cérémonies afin de s’attirer leur bénédiction pour les sémis et les récoltes.

AOUT Ichapekene Piesta ou Fiesta Mayor
Du 5 juillet au 7 août, et ce depuis plus de 320 ans, l’Ichapekene Piesta célèbre la légende de la victoire de San Ignacio de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus. Les habitants du Béni, convertis au catholicisme au XVIe siècle ont désormais des croyances mêlant les rites précolombiens et la culture chrétienne. Les préparations de cette grande fête religieuse débutent en mai puis durant celle-ci des messes et des veillées funèbres sont organisées. Les 30 et 31 juillet, 48 groupes se livrent à des danses traditionnelles, vêtus de costumes artisanaux et de masques ainsi que d’un plumage spectaculaire lors de la mise en scène de la victoire de Loyola. L’importance de cette fête pour la culture bolivienne lui ont valu son inscription au Patrimoine mondial de l’Unesco en 2012.

Le baptême des voitures à Copacabana
La ville de Copacabana, au bord du lac Titicaca, est un haut lieu de pèlerinage. On y vient de tout l’Altiplano pour vénérer la vierge de la ville. Les boliviens viennent y faire baptiser leur voiture. L’assurance automobile n’étant pas obligatoire, ils comptent sur la protection divine. Les cérémonies ont lieu deux fois par jour et consiste à décorer son véhicule avant la bénédiction du prêtre.

Fête de la vierge d’Urkupiña
La vierge d’Urkupiña est célébrée chaque 15 août à Quillacollo, dans la province de Cochabamba. C’est à cette date qu’à lieu la Grande messe officielle en son honneur. Mais les festivités durent de juillet à août et débutent par un carnaval inspiré de celui d’Oruro, rassemblant près de 10 000 danseurs et musiciens déguisés.
Cette divinité est devenue une figure emblématique de la culture bolivienne.

OCT. Festival international de l’Orchidée
Chaque année, cette fleur, symbole de la région de Santa Cruz, est l’objet d’un grand rassemblement. Elle pousse en effet très bien grâce au climat tropical qui caractérise la province. Durant le festival, une exposition des plus belles plantes est organisée, ainsi qu’un concours d’orchidées et de photographie, des spectacles de danse, des concerts et une foire artisanale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *